lundi 2 décembre 2013

Je stresse, tu stresses, l’entreprise stresse…

 Le stress est un phénomène normal mais à petit niveau et pendant un temps fini.
Chaque individu possède un seuil de résistance qui lui est propre, plus ou moins élevé  et  qui peut être variable selon l’influence de facteurs  externes.
Les individus ne sont pas égaux devant le stress selon le moment où il surgit.
Si le stress démontre que nous sommes capables de nous adapter à notre environnement et donc de réagir naturellement selon un mécanisme de défense humain face à tous les types d’aléas, il peut vite devenir un agresseur aux répercussions physiques et psychiques graves, s’il n’est pas contrôlé.

Le stress coûte cher et pas seulement économiquement…
Au niveau humain, on note une augmentation des accidents du travail, une démotivation qui provoque de l'absentéisme et un turnover  important des salariés, un climat social qui se dégrade et une ambiance morose  au travail
Au niveau de l’entreprise, on constate une difficulté croissante pour maintenir les effectifs nécessaires au bon accomplissement du travail, un manque d’attractivité de l’entreprise qui peine à recruter, une perte de qualité dans la production, un ralentissement de la productivité, des surcoûts financiers liés aux charges de personnel et à la qualité dégradée.


Employeurs et employés, ensemble, vous pouvez repérer les signes d’expression  du  stress et alerter ou agir avant que la situation ne dérape…
Soyez attentifs lorsque vous constatez :

-
   Un collaborateur qui semble à bout, les nerfs à fleur de peau. Sa nervosité se lit sur son visage et son corps : tics, tremblements, élocution changée. Il « craque » pour un rien et part dans des réactions nerveuses inappropriées. Un comportement altéré dénonce les attaques de sape du stress. 
-
  Un collaborateur qui se déprécie sans cesse, focalise sur des petits riens qui deviennent des montagnes, perd sa concentration, oublie des connaissances bien ancrées chez lui auparavant. Vous ne le reconnaissez plus et il semble lui-même plutôt perdu… Le stress perturbe aussi la sphère émotionnelle et cognitive, modifiant la personnalité de l’individu.
-
  Un collaborateur qui cumule les absences, les maladies, les malaises, les accidents de trajets ou de travail. A ce stade, l’intégrité du salarié est déjà bien entamée et le stress atteint une intensité qui le menace fortement.

Que faire, comment faire ?

L’Organisation internationale du travail pointe 3 niveaux d’interventions qui ont fait leurs preuves dans nombre de structures en proie à des manifestations de stress :
1)
    Agir sur l’environnement et les vecteurdu stress.
L’entreprise gagnera à redéfinir son organisation. Les salariés doivent reprendre conscience qu’ils ne sont pas isolés, qu’ils font partie d’une équipe, d’un service et qu’ils y ont un rôle à jouer et leur voix à faire entendre. Management participatif,organisation favorisant la cohésion d’équipe, chacun doit se sentir impliqué et être force de proposition pour améliorer son environnement professionnel.
2)
    Aider l’individu en souffrance.
Dialoguer avec l’individu l’aidera à se sentir pris en compte, soutenu. Qu’est ce qui génère son stress ? Comment s’exprime-t-il ? Pense-t-il parvenir à contrôler les effets du stress et son expression ? Autant d’aspect à évoquer pour mettre le doigt conjointement sur la difficulté de la situation et envisager les moyens de calmer la tension. 
        3) Travailler la relation individu/environnement et porter secours à un collaborateur dont le niveau de stress très élevé nécessite une prise en charge dans les plus brefs délais.

Bien entendu, il n’est pas question de s’improviser psy et l’intervention de professionnels externes est indispensable dans certains cas si aucune ressource n’existe en interne.

Toujours selon  l’Organisation internationale du travail, desprogrammes présentant une approche cognitive et comportementale s’avèrent efficaces.
Issus de la thérapie, ilprocèdent conjointement sur les 3 niveaux définis ci-dessus et agissent sur le processus de restructuration cognitive, d’affirmation de soi et y adjoignent des techniques de relaxation ou d’activités corporelles. 
Si le sujet vous intéresse ou vous concerne, voici des ressources pour aller plus loin :
Site de l’Organisation internationale du travail :
et plus particulièrement :

Le stress dans le monde du travail, article du B.I.T. :

L’ANACT :





Réactions :