mercredi 20 novembre 2013

Mythes et réalité de la RH, choses à connaître avant de rentrer dans la fonction…

01 (47)

Vous avez envie de travailler dans les RH ? 
Vous souhaitez évoluer dans cette fonction ?

Voici ce que vous devez en savoir…

 Le postulant croit souvent qu’il va s’orienter vers un métier d’assistance aux autres.

La réalité est différente car toute personne travaillant en RH va s’occuper de thèmes plus ou moins « sociaux » : formation, recrutement, paie et rémunération, relations avec les salariés et les autres services de l’entreprise, gestion de conflit, départ de l’entreprise, relations avec les syndicats…

Les RH couvrent plusieurs domaines dont la prise en compte est nécessaire à la bonne marche de l’entreprise. Malgré cela, le métier est de plus en plus dévalorisé. Fonction support par excellence, les entreprises la considèrent comme une dépense à réduire et comme une perte de temps pour tous...

Effet pervers, certains services RH se sont uniquement centrés sur la rentabilité, sur le règne du chiffre en omettant de plus en plus le facteur humain. En cela, il ne faut pas blâmer le service RH en lui-même mais bien la direction de l’entreprise qui donnent le ton et musèle sciemment l’aspect humain … 


Néanmoins, il y a bien une question de budget à prendre en compte dans toute entreprise et le RH se double de plus en plus souvent d’un gestionnaire à part entière ! 



Des qualités pour travailler en RH…

Curiosité intellectuelle, capacité d’adaptation, résistance au stress et à la pression, réactivité, capacité d’écoute, diplomatie, psychologie, communication sont indispensables pour accéder et évoluer dans ces métiers.

Plus le postulant monte dans la hiérarchie RH et plus il doit se transformer en homme-orchestre et en équilibriste. S’il doit bien sûr comprendre les besoins de l'entreprise et anticiper le futur, il doit sans cesse être à l’écoute des hommes et des femmes qui la compose et être légitime dans sa position d’interface entre la direction et les salariés.
Dans un monde du travail qui tend à évoluer de plus en plus vite et où les périodes de turbulence succèdent aux périodes de turbulence, il doit développer une capacité certaine à accompagner les salariés lors des changements même modestes affectant le travail. Nouveau matériel, logiciel ou procédure de travail, toutes ces modifications peuvent déstabiliser les salariés et saper le climat social.
L’entreprise, pour survivre, doit s’adapter aux contraintes externes et s’ajuster en interne. La RH est là pour faciliter la transition et éviter les conflits autant que possible.

La RH requiert de se tenir constamment en éveil sur la législation et donc de savoir chercher et trouver des informations fiables par différents canaux. Une jurisprudence, une modification dans une loi et les pratiques sont remises en cause ou se renforcent. Le RH doit être le garant de la bonne application de la loi dans l’entreprise


Enfin, le portrait ne serait pas complet sans aborder la question de l’informatisation et de l’externalisation de la RH 
Paie, formation, recrutement, nombreuses sont les thématiques qui sont sérieusement impactées tant en volume d’embauche qu’en intérêt des postes. Aussi mieux  vaut  miser sur un cursus sérieux et le plus complet possible pour avoir une véritable valeur ajoutée et prétendre à un poste motivant dans une entreprise plutôt que de se retrouver cantonné à une mission  rébarbative d’exécutant…


Devenir RH : l’indispensable cursus de formation…

Si la RH reste un métier assez ouvert, il n’en demeure pas moins que plus le postulant sera issu d’un bon cursus, mieux il pourra évoluer. 

Autrefois assez rares, les enseignements en RH sont aujourd’hui plus nombreux et leur contenu s’est étoffé pour cadrer avec les problématiques du monde du travail.

Parallèlement,  le niveau attendu des cadres RH a évolué.

Il faut avoir un niveau bac+ 2 pour effectuer des tâches administratives et un niveau «cadre supérieur» soit bac +4/+5  pour gérer toute la fonction dans sa globalité. 
Le diplôme ne fait pas tout et l’expérience du terrain est indispensable pour réussir et évoluer. 


Quelques exemples …

Les techniciens de paie ont généralement le niveau bac au minimum mais il leur est de plus en plus exigé un bac+2 en comptabilité, gestion des organisations, gestion des entreprises et des administrations. A noter qu’il existe un BTS Gestion de la Paie.
Une solide expérience est demandée. Le passage par un cabinet comptable d’externalisation de la  paie est  très prisé.

Les formations préparent à l’établissement des paies, à leur calcul et compréhension en passant par le respect de la législation en la matière et par les déclarations sociales obligatoires.



Une licence professionnelle en gestion des RH ou gestion et administration du personnel ouvre l’accès aux postes d’assistant RH ou adjoint RH. La pratique de l’anglais est fortement recommandée. Très souvent les RRH/DRH font leurs premières armes à un poste d’assistant ou d’adjoint RH.

Les programmes de formation abordent la  gestion de la communication, la  gestion et l’administration des ressources humaines, la connaissance de l’environnement juridique, administratif et financier des ressources humaines.


Pour accéder pleinement aux postes de RRH/DRH,  un master 2 est préférable. 
Les postes en recrutement font état de ce niveau  la plupart du temps. 
Les masters se préparent à l’Université, en Grandes Ecoles ou dans des instituts spécialisés (IGS…), en IAE…
Langues vivantes, management, droit, analyse financière, information et communication, sociologie des organisations, économie, pratiques des relations en entreprises, responsabilité sociétale des entreprises  et j’en passe, les formations supérieures sont complètes et très pointues.



En complément au cursus de formation, le parcours professionnel va fortement influencer sur l’orientation et l’évolution de la carrière. 
Pour un poste de RRH/DRH en entreprise, un RH spécialisé sur une thématique du métier sera moins favorisé qu’un RH généraliste  qui aura  été amené à intervenir sur différents aspects et sera polyvalent.
A contrario, pour un poste d’expert dans un domaine précis ou de consultant, le candidat « spécialisé » sera avantagé…


Enfin, les aspirants RH ont tout intérêt à ne pas dédaigner les PME et à ne pas chercher à privilégier les grandes entreprises à tout prix. Moins cloisonnées et plus souples, les PME sont une bonne école pour accéder à un poste généraliste, polyvalent et espérer se voir confier assez rapidement quelques responsabilités. 
Si l’aspect international de la RH est recherché par le candidat, il s’orientera bien évidemment de préférence vers une grande entreprise.

  

Si vous souhaitez connaître l’évolution historique de la fonction RH et mieux saisir les métiers qui y sont rattachés, je vous recommande la lecture de l’article « Ressources Humaines, de l’évolution d’une fonction ».


Enfin et pour clore cette incursion dans le monde de la RH, je vous laisse méditer sur cette citation de Nicholas Boothman *:


« [...] les gens exécutent les demandes qui leur sont faites quand ils en connaissent les raisons »





Retrouvez Sandrine Virbel sur Twitter et sur son blog pro.

Réactions :